Construction du Grand Orgue de
Plaisance du Gers

     Création :

     

    C’est le premier grand instrument (43 jeux, 4 claviers) conçu et construit  par  Daniel  Birouste  à  l’âge  de 22 ans...    “270 kilos  de  fer, 1350  kilos  de plomb et d’étain, 50  mètres carrés  de  peau, 25 mètres  cubes  de  bois, 1250 écrous de  réglages, 3135 tuyaux et  20 000 heures de travail pour apprivoiser le vent”...
   
“ Je rêvais d’une palette sonore mise à la disposition de la musique en général, de la musique d’orgue en particulier, globalement, sans spécificité aucune, avec d’abord le souci de créer un instrument dont on ait plaisir à mélanger les timbres au gré de sa fantaisie ou de l’écriture musicale.
Je dois à Francis Chapelet de concevoir l’orgue comme une palette sonore. Nos nombreux voyages en Espagne, son génie de l’improvisation, m’ont appris à fouiller le matériel sonore au-delà des règles et des conventions. 

 

    Je dois à Jean-Louis Florentz de concevoir l’orgue d’abord et avant tout comme un INSTRUMENT-DE-MUSIQUE dont l’histoire très riche continue d’être nourrie aujourd’hui du talent de compositeurs qui suscitent de nouvelles pratiques auxquelles nous ne pouvons plus rester sourds.
En matière d’orgues neufs, le but premier que j’ai souhaité atteindre par mon travail, est de servir une pratique vivante de la musique et non de rallier telle ou telle école du passé. ”

    Daniel Birouste croit dans le rôle symbolique que cet instrument peut jouer dans la cité. L’élan culturel né à Plaisance du Gers dans le sillage du chantier en est la preuve manifeste.
    En s’impliquant très fortement dans la vie locale de Plaisance du Gers, Daniel Birouste a choisi d’associer à son œuvre tout une population et de mener bénévolement une action de développement culturel et économique jalonnant la construction de l’orgue. C’est alors qu’il décida d’installer son atelier à Plaisance.

    Palette sonore :

     

    La palette sonore de cet instrument s’inspire de diverses écoles européennes à l’image des ramifications du chemin de Saint Jacques de Compostelle qui borde Plaisance du Gers... Puisant dans la tradition des époques et des pays qui l’ont marqué -des Flandres à l’Espagne- Daniel Birouste a su créer une cohérence harmonique où se mêlent des sonorités servant de très nombreuses époques musicales.       

    La composition des jeux de l’orgue de Plaisance est originale par l’articulation de sonorités très typées appartenant à des styles aussi bien baroques que romantiques et le développement d’échelles de “mutations” pour la musique d’aujourd’hui.
   
C’est ainsi que l’on remarque l’homogénéité du grand “Plenum”, l’harmonisation très polyphonique des “fonds”, la saveur très espagnole d’une “trompeteria” complète, le grand “Récit” expressif, le jeu de “septième” au positif, etc.
    

La console

    Retable peint :

     

    Le buffet d’orgue, modelé dans l’esprit d’une sculpture-rétable dont la masse de 385 m3 est rythmée de lignes paisibles, a été dessiné sur la base des modules de l’église de Plaisance du Gers, et à l’aide de tracés régulateurs symboliques intégrant le nombre d’or.
    Cet instrument de musique et de prière, totalement indépendant des murs qui l’entourent auxquels il n’est ni scellé, ni appuyé, s’élève dans le chœur comme un grand diapason dont la base étroite, dessinée sur le pentagone étoilé, diffuse les ondes telluriques en ondes sonores vers des hauteurs cosmiques proportionnées sur le triangle équilatéral.
    Les volets peints par Daniel Ogier inscrivent cet instrument de musique dans une symbolique de retable. Il ne s’agit pas de volets décorés. Avec 80 m2 de toiles peintes sur le thème biblique de l’eau (nous ouvrirons bientôt une page sur ce retable), cette rencontre entre un peintre et un facteur d’orgues n’avait pas eu lieu en Europe depuis le XVIIIème siècle.
  

Orgue volets ouverts

Orgue volets fermés

     Un orgue visité et joué chaque jour :

     

    Le grand orgue de Plaisance du Gers a été inauguré le 12 mai 1988 par l’organiste Francis Chapelet. L’année inaugurale, avec un récital mensuel (Michel Bourcier, Jean Boyer, Michel Chapuis, Jean Guillou firent sonner l’orgue), fut le lancement d’un festival international d’orgue qui a fêté ses dix ans d’existence. (voir bientôt page “Ars Organorum Europae”)

    L’inauguration a été l’occasion de la commande des “Laudes” au compositeur Jean-Louis Florentz.

    L’orgue de Plaisance  du  Gers  est  accessible sans aucune  contrainte: la clé de l’église et du buffet d’orgue sont librement disponibles à l’hôtel restaurant Ripa Alta (excellente table!) sur la  place  de  l’église. Depuis  son inauguration  l’orgue est joué en moyenne 6 heures par jour par  les  élèves  de la classe de clavier de Plaisance, les organistes de passage, les compositeurs en résidence (Florentz, Lenot etc.).

 

    L’orgue de Plaisance du Gers est le cadre de nombreuses manifestations musicales, concerts mensuels tous les premiers dimanches du mois à 17h00, festival estival etc.
    En 1990 une Intégrale Bach en 18 concerts présentés par Gilles Cantagrel a été donnée par les organistes : Franck Barbut, Eric Brottier, Laurent Carle, Eric Lebrun, Marie-Ange Leurent, Gabriel Marghieri, Pierre Mea, Dominique Merlet, Sophie Retaux, Pippa Schönbeck, Olivier Vernet, Vincent Warnier, Luc Weeger, Franck Zigante
.


Orgue de Plaisance du Gers:
 une passion...

Discographie, Citations et
 composition de l’orgue

 

Ecoutez une improvisation réalisée sur l'orgue de Plaisance :

 http://www.youtube.com/watch? v=5Va7kVi_4hU